Bête a une nouvelle Belle.

A qui la célèbre fiction de Mme Leprince de Beaumont est-elle encore inconnue ?

Inspiré du mythe de Pysché et Cupidon, le conte a été maintes fois repris au cinéma par exemple. Que ce soit par Cocteau, Disney ou encore plus récemment, Christophe Gans, chacun y amenait sa propre lecture de ce conte folklorique, ayant la capacité de parler aux grands comme aux petits. Ici, les illustrations se déclinent dans des tons majoritairement froids avec des incursions dorées. Les personnages féminins rappellent parfois l’esthétique des peintures de Modigliani. Les éléments sont fragiles, délicats, et tout peut basculer à chaque page tournée. C’est une relecture ténébreuse mais également sensible que David Sala nous offre.

A mettre entre toutes les mains.

La Belle et La Bête, David Sala, éd. Casterman

Publicités